Le froid arrive, doucement mais surement. Les prochaines semaines, l'on nous annonce des températures qui frôleront le zéro degré. Il faut commencer à penser à protéger certains végétaux.

 Les palmiers, selon les espèces, sont plus ou moins fragiles ; cette fragilité au froid varie en fonction de l'âge de la plante - un jeune palmier sortant de serre sera beaucoup plus sensible au froid qu'un bon vieux palmier planté il y a plus de 10 ans.

Cependant, des précautions sont à prendre et, un site breton "Des palmiers en Bretagne" par Dominique Lepage,donne des conseils avisés et surtout très simplement écrits, en voici quelques extraits et surtout, n'hésitez pas à consulter ce site : http://palmiers.bretagne.free.fr/Proteger_fichiers/Proteger.htm

 

  "Protection des Palmiers en terre.

  

     Que faut-il protéger du froid chez un Palmier en terre ?    D'abord, et par ordre d'importance, le bourgeon apical, qui se trouve en haut du stipe, et dont sortent les nouvelles palmes, c'est en quelque sorte le coeur de la plante, (hé oui, le coeur de palmier que l'on mange, c'est ça) car si il meurt...    Puis les racines qui se trouvent à fleur de terre, si elles sont brûlées par le froid, notre Palmier ne pourra plus se nourrir ni "respirer".    Et enfin les palmes, en dernier dans l'ordre d'importance, car un Palmier complètement défolié par le froid n'est pas mort pour autant et refera des palmes à la saison chaude suivante si son coeur et ses racines sont sains et saufs.    Il faut toutefois lui éviter une défoliation tous les ans, car à ce rythme, la plante se fatiguera très vite et finira également par mourir.  

     Le principe de base est simple, il faut regrouper le feuillage autour du bourgeon apical et le lier avec un cordage non coupant, attention de ne pas briser les pétioles des feuilles quand même.    Le but du regroupement du feuillage est de maintenir quelques petits degrés supplémentaires à proximité du coeur de la plante, jusqu'à ce que la température extérieure remonte dans la journée.    En général, ces quelques degrés de plus font souvent la différence.    Comme on peut le voir sur les photos ci-dessus, tous les moyens sont bons, et ont tous en commun le regroupement du feuillage.  

    Ensuite, on isole les racines au pied du Palmier avec un tapis d'écorce par exemple, de feuilles, ou encore les dernières tontes de gazon...

     Enfin, on emballe le tout avec un voile d'hivernage ou de canisse et le tour est joué.    Évitez à tout prix les matériaux type bâche en plastique, qui retiennent l'humidité à l'intérieur de la plante et favorisent les pourritures et maladies.    Pourtant, j'observe depuis plusieurs années les Phoenix canariensis de Dinard qui sont, à chaque hiver, protégés par regroupement du feuillage, bourrage de paille, ceinturage avec de la brande et emballage avec un film de polyane (photo de droite), et qui se sortent très bien de ce traitement.    Personnellement, j'utilise en deux ou trois épaisseurs, de la brande que l'on trouve dans le commerce en rouleaux de 3 m de long et de hauteur variable, que je préfère au voile d'hivernage, pour le côté aération de la plante.    Lors des jours de grand froid, j'ajoute une couche de voile d'hivernage, plus pour l'effet coupe vent, voile que je retire dès que le froid s'estompe.

 

L'AÉRATION :   …/…   "

 

Lisez la suite sur http://palmiers.bretagne.free.fr/Proteger_fichiers/Proteger.htm

 Merci Monsieur Lepage

Retour à l'accueil