Le conséquent et très fouillé dossier de Bernard FONTAINE sur le photovoltaïque (voir "dossier Energies renouvelables") ouvre le débat sur le coût en CO2 et le recyclage.

Nathanaël Leprette, étudiant ingénieur en cette branche très spécialisée des énergies renouvelables, pose 2 questions et nourrit le débat par la lecture d'un article rédigé par des chercheurs du CNRS, basé sur des travaux de chercheurs belges et publié par "Ingénieurs Sans Frontières", lien
http://www.isf-france.org/spip.php?article347 .

Les deux questions de Nathanaël auxquelles peu de chercheurs répondent :

- Si le bilan carbone est positif pour la production, le bilan paraît assez lourd pour l'acheminement (matières premières venant de très loin). Pourquoi si peu d'études sur la question ?

- Existe- t-il une filière pour recycler les panneaux solaires ? Réponse habituelle : les panneaux existants n'étant pas encore arrivés en fin de vie, il ne peut exister de filière de recyclage. Pourquoi n'anticipe-t-on pas la question du recyclage ? 
Le recyclage de particules de l'ordre du nanomètres serait -t-il actuellement impossible d'où le silence géné des spécialistes ?

Le photovoltaïque présente un aspect quasiment magique aux yeux des politiques et du grand public. Le soleil transformé en électricité inépuisable, c'est la poésie devenue réalité.
La réalité est peut être plus prosaïque.

Retour à l'accueil