Dans les plus hautes sphères de l’Etat, il semble que le mouvement vers la Transition Energétique s’accélère (http://www.transition-energetique.gouv.fr/ ).  Va-t-elle arriver jusqu’à nous ? On peut se poser la question. Qui a entendu parler du débat citoyen sur le sujet organisé par l’Etat depuis plus de 6 mois ? A cette question posée autour de nous, à Lorgues, les réponses sont trop souvent négatives.

 

Il est bien vrai que discuter de la Transition Energétique n’est pas très « sexy » si on compare cela au festival de Cannes qui vient de se terminer. Ensuite, la crise semble la principale préoccupation des Français. Enfin, le réchauffement climatique, les problèmes énergétiques, la pollution, …, beaucoup de personnes préfèrent ne pas y penser en se disant que c’est encore une manipulation de quelques lobbies industriels ou politiques ; au pire, cela ne semble pas trop concerner nos concitoyens qui pensent qu’ils pourront toujours éviter ces désagréments.

 

Triste constat. Pourtant, la « Transition Energétique », c’est l’occasion inespérée de réagir. C’est probablement la première fois que la société va pouvoir évoluer grâce aux actions des citoyens. En effet, la « Transition Energétique », ce n’est qu’un cadre général, qu’une coquille vide. Le gouvernement ne fait que lancer des idées mais c’est le citoyen qui a le pouvoir de les mettre en mouvement.

 

Concrètement, la « Transition Energétique » est une multitude d’actions possibles dans tous les domaines. On peut citer par exemple : l’énergie, l’eau, les déchets, l’agriculture, le travail, … Dans chacun des ces domaines, des dizaines d’actions sont possibles au niveau du citoyen : isolation des bâtiments, production d’énergie, tri des déchets, récupération de l’eau de pluie, consommation d’aliments locaux, co-voiturage, recyclage, compostage, … Tout le monde, selon sa situation, a la possibilité d’avoir au moins une action dans un domaine. Et tout le monde est gagnant : la personne qui fait des économies, la société qui évolue, l’environnement qui est moins altéré, tout cela pour laisser une planète vivable pour les générations futures. Bref, il faut voir dans la « Transition Energétique » une formidable opportunité pour agir et non pas une menace incitant au repli sur soi.

 

Quelques exemples pour illustrer le propos de ce que n’importe qui d’entre nous pourrait ou devrait faire.
Quelles sont ses actions possibles et les résultats espérés ?

 

- Isolation de la maison (double vitrage, isolation de la toiture et des murs) : économie d’énergie donc réduction de la facture pour le chauffage (quelque soit l’énergie employée : bois, fioul, gaz, électricité).

- Chauffe-eau solaire : production d’eau chaude à coût réduit, réduction de sa facture d’électricité.

- Production d’énergie : installation de panneaux photovoltaïques pour faire de l’autoconsommation. Réduction de sa facture d’électricité, compensation d’une partie de sa consommation.

- Installation d’une citerne pour la récupération de l’eau de pluie : économie sur la facture d’eau.

- Equipements électriques basse consommation (électroménager A+, lampe basse consommation, veilles économes) : réduction de sa facture d’électricité.

- Utilisation d’aliments locaux (fruits et légumes, fromages, viandes, …) : permet de favoriser les cultures locales et de surveiller ce que l’on mange, maintien de l’emploi.

- Covoiturage mais également utilisation du vélo (éventuellement électrique).

- Et je garde pour la fin (mais cela devrait être en première position !), la nécessaire réflexion à avoir sur ses différents achats. A-t-on besoin du dernier gadget à la mode ? D’une énième paire de chaussure ? Le produit est-il de qualité ? Va-t-il durer plus qu’une saison ? Est-il recyclable ou ré-utilisable ? Autant de questions à se poser dans notre société qui ne cesse de nous pousser à la consommation, certainement pour le bien de quelques uns mais très peu pour le nôtre ou pour notre environnement.

 

A noter qu’à chaque fois qu’on fait, à son niveau, une action dont on est le premier bénéficiaire, c’est en fait toute la société qui en profite. La réduction de sa facture énergétique, c’est autant d’Uranium, de pétrole ou de gaz qui est économisé et en plus, c’est bon pour les finances de l’Etat.

 

Alors, non, la Transition Energétique n’est pas un gadget et, comme elle l’est partout ailleurs, elle est possible à Lorgues.

 

Lionel R. adhérent à "Lorgues Nature Environnement".

Par cet article, nous ouvrons un large chapitre sur la Transition énergétique, les énergies renouvelables, le mieux bâtir, la récupération des eaux pluviales, les déchets … etc. Nous prendrons, très prochainement contact avec le service "Développement durable" de la CAD afin de connaître les projets de la Dracénie sur ce sujet.
Nous souhaitons faire de ce blog, notamment sur ce sujet, une tribune participative, proposez vos articles, écrivez-nous, laissez des commentaires, rejoignez « Lorgues Nature » lors de ses réunions ouvertes.

Retour à l'accueil