Les bonnes nouvelles se succèdent ; dans notre article précédent, nous relations notre rencontre avec un berger et son troupeau, aujourd'hui, le vigneron d’un domaine viticole de Lorgues nous explique sa conversion au Bio.

"Lorgues Nature" a rencontré Gilles Malinge,  propriétaire du domaine de l'Estello, qui nous livre les pourquoi et comment de ce changement.

 
        2014-0148-1.jpg       
        Gilles Malinge : "Mon épouse et moi avons acheté le domaine en 2003 à la famille Tordjman, domaine d'une trentaine d'hectares avec 23 de vignes dont 4 en fermage.
Nous avons pratiqué quelques années de culture conventionnelle mais les traitements systématiques (tous les 14 jours environ) des maladies de la vigne nous rendaient soucieux.
Je me suis donc intéressé et, bien conseillé, j'ai compris qu’il n'était pas obligatoire de traiter si souvent, si longtemps. Alors, je me suis orienté vers le Bio et cela impose une surveillance journalière des vignes. En effet, les interventions soufre et cuivre devant être réalisées dès l'apparition du mildiou ou de l'oïdium et avant chaque épisode pluvieux.
Les débuts furent très prenant, avec un coût complémentaire en main d'œuvre et des investissements obligatoires en matériels de travail du sol afin de nettoyer correctement aux pieds des vignes. En effet, par temps sec, les herbes absorbent une partie de l'eau du sol nécessaire à la vigne et quand il pleut beaucoup, l'herbe haute retient l'humidité et facilite la transmission des maladies aux pieds de vigne proches.
Vous comprenez, rien n'est facile, surtout quand le terrain est très humide, la terre trop lourde et trop boueuse, nos tracteurs ne peuvent entrer dans les vignes. Dans ce cas, nous employons une main d'œuvre complémentaire.
La conversion dure 36 mois, donc début 2016, nous serons très fiers de mettre en vente nos premières bouteilles de vin Bio.
Nous sommes bien aidés et suivis par la Chambre d'agriculture durant ces 3 années notamment par la présence régulière d'un technicien lors de la période végétative de la plante."

Lorgues Nature : Quels traitements sont autorisés pendant cette conversion ?
Gilles Malinge : "Nous ne pouvons dépasser 6 kg de cuivre à l'hectare ; nous arrivons à 4 kg en 2013, merci au soleil et au mistral. Pour le conventionnel, il n'y a pas de règle stricte."

Lorgues Nature : Votre production est très majoritairement le rosé ?
Gilles Malinge : "Les rosés ne représentent que 50% de notre production, les rouges 40% et 10% de blanc.
Nous sommes très heureux et fiers d'avoir été récompensés ces derniers jours au Concours général agricole à Paris par une Médaille d'Or pour notre vin Rouge "Sextant d'Or 2012" et par une médaille d'Argent pour notre Rosé "Sextant d'Or 2013".
 
Bravo à Bénédicte et Gilles Ménage ainsi qu'à toute l'équipe du Domaine de l'Estello.
Un premier grand domaine en Bio à Lorgues, ça méritait d'être salué.
N'en doutons pas, d'autres suivront.
2014-0150-1.jpg
Retour à l'accueil