Cette question est mille fois posée lorsque l’on se trouve en compagnie d’autres personnes et que seules, certaines d’entre nous subissent les piqures des moustiques. Certains disent "j'ai une « peau à moustiques », ou « je mange trop de sucre », d'autres « j’ai le sang chaud » ou bien d’autres motifs encore !

Trois extraits d’articles pour nous éclairer :

" Publiée dans le Journal of Experimental Biology, une étude américaine met en évidence l’attirance olfactive des moustiques pour les émissions discontinues de CO2 * associées aux odeurs corporelles et indices de la proximité d’un être vivant qui respire. Des connaissances propres à améliorer les moyens de lutter contre ces insectes, vecteurs de terribles maladies.

Agaçantes, gênantes, les piqûres des moustiques, dont les femelles nourrissent leurs œufs avec notre sang, sont également cause de la propagation de nombreuses maladies comme la dengue, le paludisme ou le chikungunya. Mieux comprendre ce qui attire ces insectes apparait donc comme un élément crucial dans la lutte contre ces fléaux. C’est là l’objet des travaux menés par Teun Dekker et Ring Cardé, de l’Université de Californie Riverside, sur l’espèce Aedes aegypti responsable entre autres de la transmission de la fièvre jaune. Avez-vous déjà partagé cet article ?

Lors de précédentes recherches en 2001, le premier de ces scientifiques avait montré que cet insecte n’est pas attiré par un flux continu de dioxyde de carbone (CO2), le gaz expiré par les êtres vivants (dont l’homme). Mais au vu des résultats de la nouvelle étude, il s’avère aujourd’hui qu’il n’en est pas de même pour un flux intermittent. Autrement dit, le moustique est effectivement bien attiré par le dioxyde de carbone mais seulement quand celui-ci est libéré par intermittence, comme au cours de la respiration. Un signe donc bien plus ‘probant’, pour l'insecte de la présence d’un hôte potentiel …/… »
En savoir plus: http://www.maxisciences.com/moustique/le-cocktail-d-odeurs-qui-attire-les-moustiques-se-precise_art17490.html

« Les moustiques sont attirés par le CO2 (dioxyde de carbone) que dégagent les humains, substance qu’ils peuvent détecter à plus de 6 mètres de distance. Ensuite, pour s’assurer que le CO2 ne provient pas d’une voiture ou d’une cheminée industrielle, le moustique identifie les attractifs secondaires tels que la chaleur, l’acide lactique ou la vapeur d’eau, lesquels sont produits par les humains lors de la transpiration et de l’activité musculaire et sont libérés dans l’air par la respiration et par la peau. Non seulement les moustiques sont incommodants (ils passent leur temps à vous bourdonner dans les oreilles!), mais leurs piqûres peuvent causer de fortes démangeaisons et même une réaction allergique grave chez certaines personnes. Certains moustiques peuvent également transmettre des maladies graves, comme le virus du Nil occidental …/… »
En savoir plus : http://www.infoinsectes.ca/bug/biting/3.aspx

" Les femelles moustiques, les seules à piquer, sont attirées par le dioxyde de carbone que nous exhalons, notre chaleur corporelle et les composés chimiques présents dans notre sueur, comme l’acide lactique. De toute évidence, tous les humains ont cela en commun, de même que les animaux à sang chaud. Mais les scientifiques ont découvert que les personnes immunisées contre les piqûres de moustiques produisent une douzaine de composés chimiques qui empêchent les moustiques de les détecter ou les repoussent. Ceux qui se font fréquemment piquer ne secrètent pas ces composés qui pourraient masquer leur odeur.

Les scientifiques britanniques l’ont découvert pour la première fois il y a des années en menant des recherches sur le bétail. En observant différents troupeaux, ils remarquèrent que le nombre de parasites présents dépendait de la présence de certaines vaches. Quand ils déplaçaient ces vaches vers un autre troupeau, les parasites les suivaient. Les chercheurs ont finalement découvert que ces vaches émettaient des odeurs distinctes. Ils confirmèrent ensuite le même phénomène chez les humains.

On ne sait pas encore pourquoi certaines personnes et animaux possèdent ce bouclier intégré. Il y a peut-être eu à l’origine un but évolutionniste crucial, comme nous protéger de la malaria et d’autres maladies transmises par les moustiques.

Mais ne soyez pas désespérés si vous n’avez pas ce bouclier. Vous pouvez vous rendre moins attractif en utilisant des déodorants, des savons et des lotions sans odeurs. Les produits anti-moustiques contenant du diéthyltoluamide (DEET) peuvent également faire la différence. Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine en 2002 [1] a découvert que les sprays contenant du DEET **, même en faible quantité, protègent les personnes qui les portent pendant une période allant jusqu’à cinq heures, alors que les bracelets ou les sprays contenant de la citronnelle ne protègent que pendant 10 minutes environ.

Et inutile d’avaler de l’ail, des bananes ou d’autres aliments pour repousser les moustiques. Aucune preuve ne vient étayer ces croyances dans ces remèdes de bonnes femmes. Mieux vaut encore manier la tapette ! "
En savoir plus : http://www.insoliscience.fr/?Les-moustiques-piquent-ils-plus

* (ndlr) : CO2 (1 atome de carbone + 2 atomes d’oxygène) ou dioxyde de carbone, plus souvent mais  improprement appelé gaz carbonique : l’homme consomme chaque minute environ 250 ml d'oxygène et il produit 200 ml de dioxyde de carbone 200 ml de dioxyde de carbone sont produits (peut être multiplié par 10 si effort).Un être humain expire en moyenne 1 kg de dioxyde de carbone par jour … multiplié par 7 ou 8 milliards !

** (ndlr) Avis souhaité du pharmacien notamment pour les enfants.

Retour à l'accueil